Les PME innovantes veulent des dispositifs publics plus simples

Selon l’observatoire du Comité Richelieu, l’association des PME innovantes, le CIR et le CICE sont appréciés. Mais les PME réclament des dispositifs plus simples et plus lisibles.

Bien mais peut encore mieux faire. Les PME innovantes regardent globalement d’un bon œil les mesures prises par le gouvernement depuis 2013 pour soutenir leur activité. Mais les doutes subsistent sur la mise en œuvre et l’efficacité de ces dispositifs. Interrogées dans le cadre de l’observatoire annuel du Comité Richelieu sur le soutien à l’innovation, seuls 13 % des PME jugent que le pacte de responsabilité répond à leurs attentes. 

« Cela reflète une certaine frustration. On n’a jamais autant parlé d’entreprises que ces derniers mois. Mais la réponse est à chaque fois typiquement franco-française : des mesures compliquées, encadrées… « , résume Jean-Pierre Gérault, le président du Comité Richelieu. Pour innover, les entreprises continuent comme chaque année à plébisciter le crédit d’impôt recherche, à 74 %. Elles sont aussi 78 % à avoir utilisé le crédit d’impôt compétitivité emploi, même si les PME innovantes auraient préféré profiter d’un abaissement de charges ou d’un plafond plus élevé pour le CICE, afin de tenir compte aussi des salaires d’ingénieurs ou de chercheurs.

DES MESURES ENCORE PEU CONNUES

Les autres nouvelles mesures doivent en revanche encore convaincre, faute de recul. La médiation de l’innovation, mise en place au printemps pour aider principalement les PME en cas de difficulté lors des contrôles fiscaux, est encore peu connue. 11% des entreprises croient que la French tech devrait booster leur activité. « Un écosystème est en train de se mettre en place, mais la question du financement de ces centaines de projets en train d’éclore n’est pas réglée », s’inquiète le Comité Richelieu.

Les entreprises sont en revanche plus sévères sur l’impact de l’engagement du gouvernement de porter à 2 % les achats innovants d’ici 2017, dont seulement 1 % des répondants a perçu l’impact un an et demi après l’application officielle de la mesure. Faute de stabilité fiscale, le retour du statut de jeune entreprise innovante depuis 2012 est passé quasi inaperçu.

Pour l’an prochain, les entreprises innovantes réclament surtout que le gouvernement simplifie les dispositifs nouveaux pour les rendre plus efficace.  » Pour 2015, le marqueur sera la simplification. Il s’agit de la plus forte attente des entrepreneurs« , juge Jean-Pierre Gérault.

 

Source: Usine Nouvelle

Les PME innovantes veulent des dispositifs publics plus simples